Programme de courts – Peinture animée

Réalisation

8 réalisateur·rice·s

Pays

France, Canada, Suisse, Italie

Année

2021

Sélection de 9 films

Durée : 1h13

Sélection de courts qui donne vie à la peinture, à ses formes et ses couleurs.

Séance

Samedi 16 avril, 16h00
Musée Fabre

Shéhérazade de Florence Miailhe

Année : 1993

Pays : France

Durée : 16min

Comment Schahriar est devenu fou, fou de jalousie et comment Schéhérazade l’a guéri et l’a enchanté par ses contes.

Récompenses : Premier Prix du film d’animation : Festival International d’ Ismaïlia / Mention spéciale du Jury  Festival de Clermont Ferrand / Prix du Public : Festival des films de femmes Créteil

Au Premier dimanche d'août de Florence Miailhe

Année : 2000

Pays : France

Durée : 11min

Le soir de son bal d’été, tout le village est au rendez-vous. De la tombée du jour à l’aube, la musique déploie ses rocks et ses tangos, ses slows et ses valses. La nuit révèle les couples de danseurs jeunes ou vieux, les amours naissantes, les timides, les buveurs, les bagarreurs, les enfants qui rient et courent partout.

Récompenses : Prix du meilleur film d’animation francophone, Festival international du court-métrage de Clermont-Ferrand, 2001 / César du meilleur court-métrage 2002 / Prix de la meilleure animation, Flickerfest, Australie 2002 / Festival de cinéma indépendant de Barcelone en 2001 / Lutin du meilleur son, Les lutins du court-métrage, France 2001

La Rue de Caroline Leaf

Année : 1976

Pays : Canada

Durée : 10min

Tiré d’une nouvelle de Mordecai Richler, ce film d’animation raconte le drame vécu par les familles où l’un des membres est devenu impotent. Une famille juive qui habite à Montréal s’occupe de la grand-mère malade. Le plus jeune garçon de la famille attend avec impatience de pouvoir reprendre la chambre de sa grand-mère. Les magnifiques dessins de la cinéaste marient magistralement sobriété et souci du détail pour insuffler vie aux personnages.

Erlkönig (Le Roi des Aulnes) de Georges Schwizgebel

Année : 2015

Pays : Suisse

Durée : 6min

Un père portant son fils chevauche dans la forêt. L’enfant malade croit voir le roi des Aulnes qui le séduit et l’effraie. D’après un poème de Goethe.

Récompense : Prix du jury, Festival International du film d’animation de Paris, 2016

Le Criminel de Gianluigi Toccafondo

Année : 1993

Pays : Italie, France

Durée : 5min

Ce film nous emmène dans les ruelles obscures d’une ville sans nom où nous suivons la cavale d’un criminel.

Récompenses : Mention spéciale du jury, Festival international du court métrage de Clermont-Ferrand, 1994

Traces de Hugo Frassetto, Sophie Tavert Macian

Année : 2019

Pays : France, Roumanie

Durée : 13min

Il y a 36 000 ans, dans les gorges de l’Ardèche, un animal dessiné est un animal chassé.

Quand revient le temps de la Chasse et de la Trace, Gwel prend la tête du groupe des chasseurs tandis que Karou le Traceur et son apprentie Lani partent dessiner dans la grotte monumentale. Ce périple est bouleversé par un lion des cavernes.

Récompenses : Prix du meilleur film d’animation francophone SACD, Festival international du court métrage de Clermont-Ferrand, 2020

Vaysha, l'aveugle de Théodore Ushev

Année : 2016

Pays : Canada

Durée : 8min

Vaysha n’est pas une jeune fille comme les autres, elle est née avec un œil vert et l’autre marron. Ses yeux vairons ne sont pas l’unique caractéristique de son regard. Elle ne voit que le passé de l’œil gauche et le futur de l’œil droit. Véritable sortilège, sa vision scindée l’empêche de vivre au présent. Elle est aveuglée par le passé et tourmentée par l’avenir; son regard unique est parfaitement divisé en deux temporalités irréconciliables. « Vaysha l’aveugle »… c’est ainsi que tout le monde l’appelait.

Récompenses : Prix spécial du jury et prix du jury junior court métrage, Festival international du film d’animation d’Annecy, 2016

Les Oiseaux blancs et les oiseaux noirs de Florence Miailhe

Année : 2003

Pays : France

Durée : 4min

Une parabole sur le bien et le mal inspirée par un conte africain. Les oiseaux blancs symbolisent les bonnes pensées et les bonnes paroles, alors que les oiseaux noirs représentent les mauvaises pensées et les mauvaises paroles. L’homme qui envoie des oiseaux blancs aux autres recevra des bonnes pensées en retour, au contraire des oiseaux noirs qui attirent le mauvais.

Récompenses : Mention spéciale du jury, Festival international du court métrage de Clermont-Ferrand, 2003

Partager

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on print
Print